• Décryptage des tests en ligne - urine, sang, général et biochimique.
  • Que signifient les bactéries et les inclusions dans l'analyse d'urine?
  • Comment comprendre l'analyse de l'enfant?
  • Caractéristiques de l'analyse IRM
  • Tests spéciaux, ECG et échographie
  • Normes pendant la grossesse et valeurs des écarts.
Décryptage des analyses

Papillomavirus humain chez les femmes: types, symptômes et traitement

Qu'est ce que c'est

Le papillomavirus humain (HPV, Human papillomavirus) est maintenant détecté chez au moins un tiers des femmes. C'est un virus à ADN qui provoque une division cellulaire incontrôlée. L'infection peut entraîner des excroissances disgracieuses sur la peau - papillomes, verrues et condylomes.

Habituellement, les personnes sont infectées par le virus à un jeune âge, au plus fort de leur activité sexuelle, et récoltent ensuite les bénéfices de leurs actions pas toujours délibérées. Après tout, l’infection des femmes par les virus du papillome humain 16 et 18 entraîne de nombreux cancers. Mais ne paniquez pas, le type 18 de VPH chez la femme n’est pas une peine, le traitement existe, comment vivre avec le virus et quoi faire avec le virus, nous l’examinerons plus en détail ci-dessous, car tout n’est pas unique et la «pilule» universelle n’existe pas encore.

En outre, plusieurs études ont été menées ces dernières années. Elles suggèrent qu'une augmentation de l'incidence de la papillomatose laryngée et respiratoire chez les enfants peut être due à leur infection par le VPH lors de la naissance, par une mère infectée.

HPV 16, 18 chez les femmes c'est quoi? - Ce sont des types de papillomavirus humain, abrégé en HPV. Il existe de nombreux types de virus et, pour des raisons pratiques, ils ont été simplement numérotés, car ils ne sont pas tous dangereux pour l'homme. Les types 16 et 18 sont parmi les plus dangereux. Pour plus de détails, voir la section spéciale ci-dessous.

Le contenu

Causes du VPH chez les femmes

HPV c'est quoi? Les causes de la papillomatose sont assez banales. Les principaux modes de transmission du VPH sont les contacts et les relations sexuelles. Bien qu'il soit également possible d'être infecté lors du passage de diverses études de médecine, si les règles des antiseptiques n'étaient pas suivies.

Ainsi, il est possible de contracter un virus dangereux, même sans mener une vie sexuelle promiscue, mais uniquement en visitant un lieu public, car il peut pénétrer dans le corps même à travers de minuscules fissures cutanées invisibles à l'œil nu, mais présentes dans tous.

Heureusement, dans la plupart des cas, le système immunitaire fait immédiatement face aux virus qui ont pénétré dans l'organisme. La maladie se développe donc plus souvent chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Même si une infection à HPV s'est produite, ses signes n'apparaissent pas immédiatement. Tant qu'une femme est en bonne santé et que son système immunitaire fonctionne correctement, elle peut même ne pas être au courant de la présence d'une infection. Les causes des symptômes du papillomavirus humain chez les femmes sont les suivantes:

  • l'hypothermie;
  • transfert de diverses maladies, principalement virales, par exemple les ARVI;
  • troubles hormonaux, y compris la grossesse;
  • installation de dispositif intra-utérin;
  • l'avortement;
  • traitement immunosuppresseur (immunosuppresseur), etc.

Symptômes du virus du papillome humain chez les femmes

Symptômes du virus du papillome humain chez les femmes

En règle générale, les premiers signes de pathologie apparaissent 3 à 4 mois après l’infection. L'infection à HPV se manifeste par l'apparition de papillomes.

Le plus souvent, ils sont situés sur des zones du corps à peau fine et sensible, par exemple sur le visage, les yeux, les muqueuses de la bouche et du nez, sur les aisselles, le cou, le périnée, les organes génitaux, moins souvent sur le dos. Ces néoplasmes sont généralement des excroissances sur une petite tige de petite taille au départ, mais avec l'affaiblissement supplémentaire de l'immunité et la non-intervention, ils commencent à croître et à se répandre et, avec le temps, peuvent fusionner en grands conglomérats.

Les papillomes peuvent être à la fois simples et multiples, ainsi que de tailles différentes. Souvent, la couleur des tumeurs ne diffère pas de la tonalité d'une peau saine, bien que la formation d'excroissances de nuances plus foncées ou plus claires soit possible.

Si les papillomes sont situés dans la région génitale et ont une forme acérée, ils sont appelés verrues génitales . En règle générale, les condylomes ne sont pas seulement sur la peau du périnée, mais aussi sur:

  • les parois internes du vagin;
  • gosier de l'urètre;
  • la vulve;
  • zone périanale;
  • le col.

Si la maladie affecte les organes génitaux et l'urètre, il peut exister des signes de papillomavirus, tels que:

  • des démangeaisons;
  • douleur en urinant;
  • inconfort pendant les rapports sexuels;
  • saignements légers pendant ou après les rapports sexuels.

En plus des verrues génitales, peuvent être formés et:

  • variétés papillaires;
  • Condylome géant de Bushke-Lowenstein;
  • intraépithélial;
  • plat.

Diagnostic du papillomavirus chez la femme

Les scientifiques modernes ont réussi à isoler 27 espèces de 5 genres et plus de 170 types de HPV, mais seules certaines d’entre elles sont capables de provoquer des maladies du tractus urogénital.

Différents types de virus en fonction du degré de risque oncogène. Donc, isolé (par type):

  1. Risque faible - HPV 3, 6, 11, 13, 32, 34, 40, 41, 42, 43, 44, 51, 61, 72, 73;
  2. Risque moyen - HPV 30, 35, 45, 52, 53, 56, 58;
  3. Risque élevé - HPV 16, 18, 31, 33, 39, 50, 59, 64, 68, 70.

Aux premiers stades, il n’est pas facile de diagnostiquer visuellement la papillomatose, car les néoplasmes ne sont que de petites rugosités avec une expansion ponctuelle des vaisseaux. Le réseau capillaire caractéristique sur eux est formé beaucoup plus tard.

Une colposcopie est effectuée s'il y a des traces d'infection à papillomavirus humain chez les femmes du col utérin. L’essence de la méthode consiste à étudier les tissus à l’aide d’un appareil spécial capable de donner une augmentation répétée. À des fins de diagnostic, un gynécologue peut effectuer des tests sans douleur avec de l'acide éthanoïque et avec la solution de Lugol.

L'une des principales méthodes de diagnostic du papillomavirus humain chez la femme est l'examen cytologique des frottis. Indique la présence de HPV dans le matériel pris spécifique des cellules - coylocytes. En outre, cette analyse permet de détecter le cancer du col utérin qui commence tout juste, alors qu’il n’ya pas encore de changement visuel dans les tissus.

La méthode la plus avancée de détection du VPH est Digene-test. Il est basé sur des réactions biochimiques complexes, rendant le test très sensible. Le matériel à étudier peut être un grattage de cellules épithéliales ou un échantillon obtenu par biopsie.

D'autres méthodes, telles que la PCR, sont rarement utilisées, principalement dans la forme asymptomatique de la pathologie et pour déterminer le type de virus.

Étant donné que l’infection par le VPH se produit principalement pendant les rapports sexuels, il est conseillé aux femmes qui en sont diagnostiquées de subir un examen complet et un test de dépistage des autres MST.

Traitement du papillomavirus humain chez la femme

Traitement du papillomavirus humain chez la femme

En cas de découverte d'une tumeur, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin pour connaître sa nature et son origine. Les femmes atteintes du VPH, en particulier les types 16 ou 18, doivent être traitées pour prévenir le cancer.

Bien qu'il faille noter immédiatement que guérir complètement le virus du papillome n'est pas encore possible. Par conséquent, l’objectif principal de la thérapie est d’éliminer les papillomes et de renforcer le système immunitaire - de conduire le virus à un état de «sommeil», d’arrêter le développement du corps et l’émergence de nouveaux papillomes.

Avec la mise en œuvre de la deuxième tâche, tout est relativement clair. Afin de renforcer l'immunité dans le traitement du VPH, les patients reçoivent principalement des vitamines et des immunostimulants. Le plus souvent, cela est dû au fait qu'il est plus facile de boire des comprimés prêts à l'emploi que de renforcer le système immunitaire d'une autre manière. La liste complète recommandée ressemble à ceci:

  • des vitamines;
  • immunostimulants;
  • une alimentation saine;
  • mode de vie actif;
  • promenades régulières;
  • durcissement, etc.

Dans ce cas, il est recommandé aux femmes de prendre des antiviraux pour supprimer l’activité du VPH. Quant à l’élimination des tumeurs existantes, elle peut être effectuée par différentes méthodes, en fonction des capacités du patient, de la clinique et des indications diagnostiques.

Méthodes d'élimination des papillomes

1. thérapie au laser. Cette méthode est l'une des plus efficaces et sécuritaires. Le papillome est retiré sous anesthésie locale pendant une procédure sans saignement, car les petits vaisseaux sont immédiatement «scellés». Si elle est effectuée correctement, après une manipulation, une croûte reste sur le lieu de croissance, après quoi il n’ya presque aucune trace sur la peau. Peut être utilisé pour traiter le papillomavirus humain chez la femme enceinte.

2. thérapie par ondes radio . La méthode est apparue dans l'arsenal des dermatologues beaucoup plus tard que les autres et est considérée comme l'une des plus sûres et des plus prometteuses. Son essence consiste à couper les néoplasmes avec un couteau spécial à ondes radio. Après la manipulation sur la peau, il ne reste aucune trace visible.

3. intervention chirurgicale. La méthode est considérée comme la plus abordable, mais son utilisation entraîne de nombreuses cicatrices sur la peau. L'enlèvement du papillome est effectué manuellement par un chirurgien avec un scalpel après pré-anesthésie de la zone qui l'entoure. Néanmoins, c'est l'intervention chirurgicale ou la thérapie par ondes radioélectriques qu'il est préférable de choisir s'il existe des suspicions de malignité (formation de cellules cancéreuses) du néoplasme, car, lorsqu'ils sont utilisés, les tissus pathologiques ne s'effondrent pas et peuvent être envoyés pour un examen histologique.

4. Électrocoagulation. La méthode implique l'élimination des tumeurs dues aux effets thermiques du courant électrique sous anesthésie locale. Après la procédure, une croûte reste à la place du papillome et, après sa chute, une légère cicatrice peut rester sur la peau.

5. Enlèvement par des moyens chimiques. Cette méthode est l'une des plus anciennes. Il est basé sur la destruction des tissus des néoplasmes par des composés agressifs. Ils sont appliqués à la croissance pendant un certain temps plusieurs fois. La fréquence d'utilisation et la durée de l'application dépendent de la préparation choisie et de la taille du papillome. En règle générale, la podophylline, le 5-fluorouracile, la podophyllotoxine, l’acide trichloroacétique, le Solcoderm sont utilisés.

6. Cryothérapie. L'essence de la méthode consiste à détruire les tumeurs à l'azote liquide et si presque toutes les autres méthodes nécessitent une anesthésie locale, celle-ci est absolument indolore. Cependant, l'élimination de certains papillomes peut nécessiter plus d'une intervention.

Ainsi, le traitement du papillomavirus humain chez la femme dépend de la taille et du nombre de néoplasmes, de l'état de l'immunité de la patiente, de la présence de certaines maladies ou de la grossesse.

Cependant, certains types de néoplasmes peuvent disparaître d'eux-mêmes. Il est donc intéressant de commencer à choisir une méthode d'élimination des papillomes uniquement après avoir consulté un médecin. Mais il ne faut surtout pas espérer un rétablissement spontané, car cela n’est possible qu’avec un système immunitaire idéal, dont peu de gens peuvent se vanter aujourd’hui.

Papillomavirus pendant la grossesse, que faire?

Une attention particulière doit être accordée au traitement du VPH chez les femmes enceintes, car si elles ont ou ont des verrues génitales sur le fond de la grossesse, il existe un risque élevé de contracter le VPH à l'enfant pendant l'accouchement.

Dans de tels cas, il est généralement recommandé, après 28 semaines, de prendre des médicaments qui renforcent le système immunitaire et suppriment l’activité virale, et tentent de retirer la tumeur au laser ou par cryodestruction. En outre, afin de prévenir l’infection du fœtus pendant l’accouchement, l’accouchement par césarienne peut être recommandé aux femmes enceintes.

Puisqu'il n'est toujours pas possible de guérir complètement le VPH, avec une diminution de l'immunité, une rechute de la maladie peut survenir et les symptômes du papillomavirus humain chez les femmes réapparaîtront. Pour éviter que cela ne se produise, il est conseillé aux femmes de maintenir un style de vie actif, de bien manger, d’éviter le stress, de consulter régulièrement un gynécologue et de subir un test de dépistage du VPH dans le sang.

Traitement des remèdes populaires contre le VPH

Beaucoup de gens essaient de se débrouiller seuls avec la croissance de remèdes populaires sur la peau. Cela peut être dangereux, car un grand nombre de particules virales sont concentrées dans les papillomes. Par conséquent, si elles ne sont pas correctement éliminées, le risque de multiplication des tumeurs est élevé. De plus, les dommages causés aux papillomes peuvent provoquer une prolifération cellulaire incontrôlée et causer le cancer.

Parmi tous les remèdes populaires pour le traitement du papillomavirus chez les femmes, nous recommandons d'utiliser uniquement ceux qui renforcent le système immunitaire et combattent la maladie de l'intérieur. C'est:

  • À parts égales, prendre racine de valériane, mélisse et origan, cônes de houblon, coriandre, fleurs de tilleul, mélangés et broyés. Le matin, on verse 30 g du mélange dans un thermos contenant 0,5 litre d'eau chaude. Après 4 heures, le remède commence à être pris par petites gorgées, il doit être complètement ivre pendant la journée. La durée du traitement est de 10 jours, il est répété une semaine plus tard.
  • Prendre à parts égales hanches, feuilles de plantain, ortie, racine de pissenlit et citronnelle, mélangés et broyés. 80 g du mélange versé dans une casserole et versez 1 litre d'eau bouillante. Le bouillon est cuit à feu doux pendant 15 minutes. Après 4 heures, il est prêt à manger. L'outil prend chaud 1 verre avant les repas 4 fois par jour. La durée du traitement est de 7 jours, après 10 jours, il est répété.

Le remède populaire populaire, la chélidoine, doit être utilisé avec précaution. Il est préférable de l’abandonner au profit de méthodes matérielles permettant de supprimer les papillomes. En effet, s’il frappe accidentellement une peau saine, il peut provoquer de graves brûlures.

Virus du papillome humain chez les femmes de 16 et 18 ans

Les types de VPH 16 et 18 constituent le plus grand danger pour la santé et la vie des femmes. En plus de provoquer des verrues génitales, elles peuvent provoquer une dysplasie et un cancer du col utérin. À savoir, il devient la cause de la mort de centaines de milliers de femmes.

Dans le même temps, le type de virus du papillome humain 31 chez la femme est également souvent la cause du développement de la dysplasie, ainsi que du cancer non-intervention et du cancer du col utérin, bien qu’il s’agisse du virus à activité oncogène modérée. Par conséquent, lors de la détection de tout type de VPH, il est impératif de consulter un gynécologue et de suivre le traitement prescrit.

Mais ne paniquez pas lorsque le VPH est détecté. Sa présence dans le corps, même parmi les types notoires 16 et 18, n’est pas une garantie du développement rapide du cancer. Du début de l’infection à l’apparition de l’oncologie, cela peut prendre 10 à 20 ans, et un traitement à part entière initié en temps voulu et le contrôle du taux de VPH réduisent encore ce risque au minimum.

Puisque les médecins comprennent le danger du virus du papillome humain chez les femmes de ce type, un vaccin a été inventé pour se protéger contre eux. Mais à ce jour, son efficacité est débattue.

Ainsi, le VPH est un virus assez dangereux pouvant causer le cancer. Mais avec l'intervention opportune de son activité peut être supprimée et empêcher la survenue de telles conséquences fâcheuses.

Intéressant

Les informations sont fournies à des fins d'information et de référence.Un médecin professionnel doit diagnostiquer et prescrire un traitement. Ne pas se soigner soi-même. | Contact | Annoncez | © 2018 Medic-Attention.com - Santé en ligne
La copie de matériel est interdite. Modification du site - info @ medic-attention.com