• Décodage de tests en ligne - urine, sang, général et biochimique.
  • Que signifient les bactéries et les inclusions dans l'analyse des urines?
  • Comment comprendre l'analyse de l'enfant?
  • Caractéristiques de l'analyse IRM
  • Tests spéciaux, ECG et échographie
  • Taux de grossesse et valeurs de variance ..
Explication des analyses

Ureaplasma parvum chez la femme: symptômes et traitement, diagnostic

Ureaplasma parvum chez la femme - c'est quoi?

Urepalazma parvum fait référence à des représentants de la microflore conditionnellement pathogène qui, dans des conditions d'immunité normales, ne provoque pas le développement de la maladie. Ces micro-organismes habitent en permanence le tractus génital d'une femme, mais seulement dans certaines circonstances, conduisent à des processus inflammatoires.

Les derniers incluent:

  • Urétrite - inflammation de l'urètre;
  • Cystite - dommages à la vessie;
  • Vaginite - inflammation des parois vaginales;
  • La cervicite est une inflammation de l'épithélium cervical et de la sous-muqueuse, qui se manifeste par une érosion.

Contenu

Est-il nécessaire de traiter l'uréeplasma parvum chez les femmes?

Ureaplasma de Parvum chez les femmes

La fréquence de détection des ureaplasmas au cours des processus inflammatoires des organes sexuels d'une femme atteint 80% (la fréquence moyenne est de 50 à 60%). Mais même en l'absence de telles maladies, ces microorganismes sont identifiés chez 20% des femmes en bonne santé.

Par conséquent, la détection d'uréeplasmas sans signes inflammatoires (confirmés cliniquement et en laboratoire) ne constitue pas une raison de mener une antibiothérapie.

Symptômes de Ureaplasma Parvum chez les femmes

L'infection à l'urée-plasma provoque l'apparition de divers symptômes non spécifiques de l'uréeplasma parvum chez la femme. Tout d'abord, il s'agit des pertes vaginales, présentant un caractère muco-purulent et des écoulements sanguins périodiques non intensifs («bavures»), liés au cycle menstruel. Autres symptômes:

  • Dyspareunie - douleur des rapports sexuels;
  • Dysurie - douleur pendant la miction;
  • Démangeaisons et sensation de brûlure des lèvres, du vagin et de la région urétrale;
  • Douleur et inconfort mineurs localisés dans le bas-ventre.

Symptômes de Ureaplasma Parvum chez les femmes

Lors d'une enquête objective, le médecin peut révéler certains signes d'infections inhérentes à l'uréeplazmennoj (toutefois, ils ne sont pas strictement spécifiques et peuvent être observés lors de diverses maladies):

  1. Rougeur et gonflement de la muqueuse, définis dans l'urètre, son ouverture externe;
  2. La présence d'un détachable dans cette zone, qui a un caractère mucopurulent;
  3. Gonflement et rougeur du vagin et de la vulve, tandis que du cou, il y a un secret pathologique (mucopurulent).

En présence de tels symptômes et signes, l'uréeplasma de Parvum doit être traité - je pense que c'est compréhensible, et la question "pourquoi?" Ne le sera pas.

Diagnostic de l'uréeplasma parvum chez la femme

Un examen supplémentaire pour identifier l'urée-plasma chez les femmes devrait être effectué dans des cas cliniques spécifiques:

  • Signes cliniques et de laboratoire, caractéristiques de l'inflammation du système génito-urinaire, lorsqu'un examen standard ne permet pas d'identifier les agents pathogènes;
  • Patients souffrant d'infertilité (manque de conception durant l'année de vie intime régulière sans protection);
  • Grossesse légère;
  • Présence d'un accouchement prématuré dans l'anamnèse, en particulier jusqu'à 34 semaines.

Pour le diagnostic de l'infection à ureaplasma chez la femme, 1 des 2 méthodes peuvent être utilisées:

  1. La réaction PCR visait à identifier les fragments caractéristiques d'ARN et d'ADN inhérents à l'uréeplasma parvum.
  2. Analyse de la culture - semis du milieu à séparer avec certaines substances et étude de la nature des colonies de microbes en croissance.

L'analyse microscopique de la décharge des organes génitaux et urinaires est un test diagnostique simple qui permet d'identifier les lésions inflammatoires des organes génito-urinaires. Avec son aide, vous pouvez répondre à un certain nombre de questions:

  • Quel est le degré de réaction des leucocytes (nombre de leucocytes)?
  • Quel est l'état de l'épithélium des organes génitaux?
  • Y a-t-il des infections sexuelles concomitantes (gonorrhée, trichomonase)?
  • Quelle est la condition de la microflore normale dans le vagin?

Selon l'examen microscopique, l'urétrite chez la femme est diagnostiquée si 10 globules blancs ou plus sont détectés dans le champ de vision de la décharge urétrale. Le diagnostic de la vaginite est établi lorsque le rapport des leucocytes au nombre de cellules de l'épithélium plat est de 1: 1 ou plus.

Le signe diagnostique de la cervicite chez la femme selon la microscopie est de 10 leucocytes ou plus dans le champ de vision. Ce symptôme doit être associé à la présence d'une sécrétion mucopurulente du col de l'utérus.

C'est important!

Les études qui déterminent le niveau d'anticorps anti-ureaplasma parvum ne doivent pas être utilisées, car ne donnez pas d'informations fiables. Dans ce cas, il existe un risque élevé de résultats faussement positifs, qui sont à l’origine de la nomination d’un traitement antibactérien non montré.

Traitement de l'uréeplasma parvum chez les femmes, les médicaments

Traitement de l'uréeplasma parvum chez les femmes, les médicaments

Est-il nécessaire de traiter l'uréeplasma parvum chez les femmes? Dans une certaine mesure, j'ai déjà essayé de répondre à cette question.

Tous les cas de détection de cet agent pathogène dans le corps ne sont pas une indication pour l'initiation du traitement. La détection d'un titre élevé en ureaplasmas (10 000 cfu / ml et plus), non associée à la présence de signes cliniques et biologiques d'inflammation, ne nécessite pas de traitement.

Il est indiqué uniquement s'il existe des signes inflammatoires selon les données de laboratoire et d'examen clinique. Dans ce cas, il est nécessaire d’exclure la présence d’autres agents pathogènes susceptibles de provoquer un processus infectieux - chlamydia , gonocoques, mycoplasmes génitaux et trichomonas .

Les exceptions, quand un traitement antibactérien est prescrit en l'absence d'inflammation avec un titre élevé en ureaplasma, sont:

Le traitement d'un partenaire vivant avec une femme qui a un ureaplasma n'est prescrit que s'il présente des signes d'inflammation (en laboratoire ou en clinique). Dans ce cas, il est nécessaire d'exclure une autre nature de l'inflammation dans les voies génitales et urinaires d'un homme.

Les médicaments prescrits pour le traitement de l'uréeplasma parvum chez les femmes devraient permettre d'atteindre certains objectifs:

  • Récupération clinique complète;
  • Ventouses d'une inflammation définie en laboratoire;
  • Prévention des complications.

Les antibiotiques dans le traitement des infections causées par ureaplasma parvum jouent un rôle crucial. Actuellement, les médecins prescrivent l'un des deux médicaments suivants: la jozamycine ou la doxycycline.

La durée du traitement est de 10 jours, mais peut être portée à 14 jours, en fonction des réponses cliniques et biologiques. Pour le traitement des femmes enceintes, seule la Josamycine est utilisée. Son effet sur le fœtus est minime, contrairement à la doxycycline.

L'évaluation de l'efficacité thérapeutique repose sur la réduction des signes cliniques et de laboratoire de réaction inflammatoire. L'absence de détection des ureaplasmas dans les organes génitaux et urinaires séparés n'est pas une exigence pour le traitement. Des tests répétés doivent être effectués un mois après la dernière pilule.

S'il n'y a pas d'effet des antibiotiques, alors:

  • En outre, des tests sont effectués pour identifier d'autres agents pathogènes possibles.
  • Un antibiotique est modifié pour un médicament d'un autre groupe auquel se manifeste la sensibilité de l'urée-plasma.
  • La durée du traitement est augmentée à 2 semaines.

Ureaplasma parvum chez les femmes enceintes

Les ureaplasmas de parvum pendant la grossesse, lorsque la suppression physiologique de l'immunité est observée (nécessaire pour le développement normal du fœtus afin qu'elle ne soit pas rejetée, car elle contient des antigènes paternels génétiquement étrangers à mi-chemin) entraînent diverses complications:

  1. Les fausses couches;
  2. Défauts de développement;
  3. Naissance prématurée.

Jusqu'à présent, il n'existe aucune preuve fiable du rôle causal absolu des ureaplasmas dans le développement de fausses couches spontanées ou de fausses couches habituelles. Cependant, il n'y a pas de preuve contradictoire.

Par conséquent, il est conseillé aux femmes ayant des antécédents de grossesse avec des interruptions pendant la grossesse d'effectuer des tests de diagnostic pour identifier les ureaplasmas. Avec les résultats positifs de l’étude, il est recommandé d’effectuer un traitement d’éradication approprié.

Ureaplasma parvum peut provoquer et des processus inflammatoires dans la période post-partum et après l'avortement (le plus souvent c'est l' endométrite ).

Intéressant

L'information est fournie à titre d'information et de référence, un médecin professionnel devrait prescrire un diagnostic et prescrire un traitement. Ne pas se soigner. | | Contactez-nous | Publicité | © 2018 Medic-Attention.com - Santé en ligne
La copie de matériel est interdite. Site éditorial - info @ medic-attention.com