• Décodage de tests en ligne - urine, sang, général et biochimique.
  • Que signifient les bactéries et les inclusions dans l'analyse des urines?
  • Comment comprendre l'analyse de l'enfant?
  • Caractéristiques de l'analyse IRM
  • Tests spéciaux, ECG et échographie
  • Taux de grossesse et valeurs de variance ..
Explication des analyses

Maux de tête avec ostéochondrose cervicale: symptômes et traitement

La colonne vertébrale humaine est une structure anatomique complexe et importante du corps. Ses caractéristiques sont une combinaison d'éléments articulaires, de moelle épinière, de nerfs et de vaisseaux, unis par des relations complexes. Cependant, il ne peut fonctionner normalement qu'en l'absence d'un processus pathologique dans l'un de ces composants.

L'une des fonctions principales de la colonne vertébrale est le mouvement (rotation, torse du tronc en avant ou en arrière, sur les côtés). Dans ce cas, l'unité motrice est l'articulation de deux vertèbres adjacentes, constituée des vertèbres, du disque intervertébral et des articulations reliant les vertèbres.

Le développement d'un processus pathologique dans l'un de ces éléments affecte négativement l'ensemble du système. Et cela conduit au développement de l'ostéochondrose - une maladie qui se manifeste par une diminution et une modification de la qualité de l'activité motrice. Dans le même temps, le syndrome de la douleur se développe, ce qui est la raison directe de contacter un médecin.

Contenu

Quelle est l'expression de l'ostéochondrose de la colonne cervicale?

Maux de tête avec ostéochondrose du service cervical

L'essence du concept original d'ostéochondrose est la modification du disque intervertébral et du tissu osseux environnant. Le cœur du disque subit des changements dégénératifs - il perd son élasticité, sèche et se fissure. De plus, les modifications pathologiques vont à l'anneau fibreux entourant le disque.

Il peut être déplacé et fragmenté (divisé en parties fonctionnellement inférieures), tandis que des éléments tranchants sont formés. Ces troubles provoquent un déplacement des os et des cartilages, exercent une pression accrue, augmentent la charge sur les structures osseuses des vertèbres et des articulations intervertébrales.

Il en résulte une succession d'étapes reflétant la progression du processus pathologique (ostéochondrose):

  • déformation de la spondylose - apparition d'excroissances osseuses (becs, épines, moustaches - elles doivent leur nom à leur aspect caractéristique);
  • nœud cartilagineux - saillie (hernie) du disque par destruction dans l'anneau fibreux (c'est le stade de la hernie intervertébrale);
  • spondylarthrose - "lâcheté" dans les articulations reliant les vertèbres, conduisant à un déplacement des vertèbres les unes par rapport aux autres. A ce stade, il y a de grandes chances de développer des complications graves de compression, consistant en la compression de la moelle épinière.

La combinaison de divers degrés de tous ces changements et processus pathologiques conduit à l'apparition d'une symptomatologie clinique caractéristique de l'ostéochondrose - un syndrome douloureux typique, des troubles de la mobilité dans la colonne vertébrale et les tensions musculaires (épineuses).

La cause des maux de tête avec ostéochondrose

Avec l'ostéochondrose cervicale, les céphalées sont un symptôme clinique caractéristique dans le contexte du syndrome douloureux. Leur origine est due à deux mécanismes principaux:

1. Mécanisme réflexe. Ceci est une sorte de "cri d'aide" des éléments affectés de la colonne vertébrale. En raison de modifications pathologiques, les petits nerfs situés à l'intérieur de la colonne vertébrale sont irrités. Ce sont les terminaisons nerveuses de Lyushka. Ils transmettent une impulsion excessivement accrue sur l'arc réflexe au cerveau. Il y a donc une sensation de douleur localisée dans la tête.

Certains chercheurs distinguent une raison de plus, dans laquelle le mécanisme réflexe de la survenue d'un mal de tête est un dysfonctionnement myofascial. Elle consiste en des changements pathologiques qui se produisent avec l'ostéochondrose dans les muscles du cou.

Les troubles musculaires se manifestent par des spasmes et des dysfonctionnements locaux. Ces changements provoquent des impulsions pathologiques similaires allant au cerveau, entraînant l'apparition de douleurs lointaines (maux de tête).

2. Mécanisme de compression Dans ce cas, l'apparition de douleurs céphaliques est due à l'effet mécanique de structures altérées pathologiquement sur la moelle épinière et les vaisseaux. Ainsi, la formation de saillies du disque et les excroissances osseuses sur les vertèbres, subluxation de l'articulation entre elles, entraînent une compression de l'artère vertébrale et du plexus qui l'entoure.

Il en résulte une diminution de la lumière intra-artérielle, ce qui nuit à la circulation sanguine du cerveau. Il commence à éprouver un état d'hypoxie, se transformant en ischémie.

Dans ce cas, le niveau d'acide lactique dans les tissus augmente, ce qui irrite également les terminaisons de la douleur nerveuse (algique). Cliniquement, cela se traduit par un mal de tête.

Une autre manifestation du syndrome de compression, qui entraîne l'apparition de douleurs dans la région pariéto-occipitale avec ostéochondrose, est la compression des racines spinales des nerfs spinaux (radiculopathie).

Le mécanisme pathologique est observé si la compression affecte les racines liées à la deuxième vertèbre cervicale. Cependant, en pratique, cela est rare.

Types de douleur dans l'ostéochondrose cervicale

douleur avec ostéochondrose cervicale головная боль как проявление остеохондроза может быть вторичной или вертеброгенной. 1. Par origine, le mal de tête en tant que manifestation de l'ostéochondrose peut être secondaire ou vertébrogène. La douleur secondaire s’explique par le fait que son apparition n’est pas associée à un processus pathologique directement localisé dans la tête. Cela se produit en réaction à un processus qui se déroule dans une autre partie du corps.

Le terme "vertébrogène" signifie que le processus pathologique conduisant à la douleur se produit dans la colonne vertébrale. Plus en détail, ce type de douleur peut être décrit comme cervicogène, ce qui souligne sa localisation directement dans la colonne cervicale.

головная боль является рефлекторной. 2. Selon le mécanisme d’occurrence, le mal de tête est réflexe. Cela suggère que c'est dû au mécanisme réflexe - cervicocranium. Son apparition se produit généralement entre 40 et 60 ans. Ce type de douleur est observé chez 17% de la population.

Ses caractéristiques cliniques sont:

  • douleur unilatérale;
  • caractère émoussé ennuyeux;
  • commence par la région du cou, se déplace vers la nuque et se propage au front et au whisky;
  • l'intensité est modérée, modérée (il est rarement très prononcé, les patients tardent donc à consulter un médecin prenant divers médicaments contre la douleur);
  • peut être paroxystique;
  • durée - plusieurs heures, si paroxystique, il peut durer plusieurs jours.

Dans certains cas, la cervicocranygie peut être accompagnée de symptômes supplémentaires:

  • sensibilité accrue aux sons (phonophobie) et à la lumière (photophobie);
  • congestion dans les oreilles;
  • nausées, vomissements;
  • l'expansion des vaisseaux sanguins des protéines de l'oeil (yeux rouges);
  • vision altérée sous la forme d'un voile;
  • forcer les muscles du cou;
  • douleurs au cou associées à des spasmes musculaires;
  • restriction des mouvements dans la région cervicale (raideur).

Dans le plan de diagnostic, la pression sur les points quasi-vertébraux aide. Ils correspondent aux endroits de la sortie des racines nerveuses du canal vertébral. La pression mécanique exercée sur eux peut provoquer une crise de maux de tête, que le patient peut apprendre comme "son". Dans ce cas, la relation de cause à effet entre la douleur et l'ostéochondrose cervicale devient évidente.

La cranialgie cervicale réflexive peut également être accompagnée d'une douleur transmise à l'épaule et au bras (cervicobrahialgie). Cela le rapproche de l'infarctus du myocarde, qui doit nécessairement être différencié. Une électrocardiographie permet d'établir un diagnostic précis au moment d'une crise de douleur. Lorsque l'ostéochondrose, elle ne révèle pas de lésions ischémiques au myocarde.

Parfois, l'ostéochondrose est accompagnée de migraine et de céphalées primaires (douleurs de tension). Dans le cas d'un mal de tête associé au syndrome myofascial, il y aura un lien entre l'apparition de sensations désagréables dans la tête avec une raideur simultanée des muscles du cou et une limitation significative des mouvements dans le cou. Les vibrations et la pression sur les muscles affectés peuvent déclencher une attaque de céphalée caractéristique.

Pour identifier la douleur associée à la compression de l’artère vertébrale (on l’appelle migraine cervicale), les critères de diagnostic de l’appui aident à:

  • le plus souvent, une douleur unilatérale est observée;
  • commence à la nuque, puis avance vers le temple, région pariétale. Le douloureux "front" dans la région des arcades superciliaires se termine. Une telle propagation de l'influx nerveux est appelée "symptôme casque";
  • renforce avec les mouvements dans la région cervicale, tk. dans ce cas, la compression sur l'artère vertébrale augmente;
  • intensité forte douleur;
  • le personnage vibre, brûle.

La douleur de cette espèce peut être accompagnée de:

  • frissons;
  • nausées, vomissements;
  • changement de pression (augmentation ou diminution);
  • le vertige
  • rythme cardiaque et peur de la mort;
  • douleur dans les yeux, sensation de sable;
  • pupille dilatée d'un côté;
  • gonflement du visage;
  • violation de la fonction visuelle sous la forme de brouillard;
  • du côté de la compression est caractéristique du bruit dans les oreilles.

Si un patient avec une compression mécanique de l'artère vertébrale appuie sur un point situé près de l'apophyse mastoïde (la saillie osseuse du crâne derrière le bord inférieur de l'oreille), il est alors possible de provoquer une attaque de céphalée de ce type. Un tel critère permet de déterminer le mécanisme de développement de la craniocephalgie sans méthodes d'investigation supplémentaires. La compression de l'artère vertébrale s'accompagne souvent de douleurs à l'épaule et au bras.

головная боль классифицируется на: 3. Adjacent à la tête, le mal de tête est classé en:

  • épisodique - la douleur inquiète jusqu'à 15 jours par mois (pas plus);
  • Chronique - les précédents sont observés plus souvent (plus de 15 jours au cours du mois).

Traitement des céphalées avec ostéochondrose cervicale

Traitement des céphalées avec ostéochondrose cervicale

Étant donné que les maux de tête dans l'ostéochondrose ne sont que le "sommet" du processus pathologique, le traitement devrait couvrir toute la gamme des troubles survenant dans cette maladie et prendre en compte la cause et le mécanisme de la formation du syndrome douloureux.

Les principaux traitements de la céphalée dans l'ostéochondrose cervicale sont choisis en tenant compte de la direction thérapeutique. Et cela comprend:

  • anesthésie
  • élimination de la tension musculaire;
  • amélioration de la biomécanique de la colonne vertébrale.

L'anesthésie (analgésie) est la principale étape du traitement, qui permet de normaliser l'état d'une personne et d'améliorer son état de santé. Les principales formes de médicaments analgésiques utilisés dans le traitement des céphalées dans l'ostéochondrose de la région cervicale sont les comprimés, les gélules et, dans les cas graves, les injections et les blocages neurologiques.

Ces derniers font référence à des procédures spécifiques qui doivent être effectuées uniquement par un spécialiste formé dans ce sens.

– нестероидные противовоспалительные препараты. Les groupes les plus efficaces sont les AINS - les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ils sont utilisés à la fois pour soulager rapidement la souffrance du patient et pour un traitement à long terme. Ils suppriment l'activité de la réaction inflammatoire, supprimant ainsi la douleur. Les représentants de ce groupe sont des médicaments tels que le Diclofénac, l'Aertal (acéclofénac) et d'autres.

Des études randomisées récemment achevées ont montré que les non-stéroïdes sont des médicaments de deuxième intention dans le traitement du syndrome douloureux de l'ostéochondrose. plus souvent que le paracétamol, ils provoquent l'apparition d'effets secondaires.

Par conséquent, le médicament de la première ligne est actuellement considéré comme étant le paracétamol. Cette découverte sensationnelle a transformé les notions de nombreux neurologues sur les approches du traitement symptomatique de l'ostéochondrose.

Un soulagement rapide et un bon effet ont des blocages anélégiques à la novocaïne et à la lidocaïne dans la zone des «points déclencheurs» (exposés à une attaque caractéristique de maux de tête). L'inconvénient de ces procédures est la nécessité d'une visite quotidienne chez le neurologue pour leur production. Par conséquent, les blocages ne sont utilisés qu'avec un syndrome douloureux prononcé pour un amarrage rapide, puis en passant à la prise de comprimés.

Pour supprimer la tension musculaire (la deuxième direction thérapeutique), des relaxants musculaires sont utilisés. Ceux-ci incluent la tolperisone (Midokalm), la tizanidina et d'autres. Les préparations de ce groupe sont sélectionnées individuellement en fonction de la tolérabilité et de l'efficacité clinique.

L'amélioration de la biomécanique de la colonne vertébrale est effectuée par des méthodes d'action non médicamenteuses:

  • thérapie manuelle;
  • massage
  • Thérapie de l'exercice;
  • l'acupuncture.

Cette direction est basique. peut ralentir la progression du processus pathologique. Il est recommandé d'effectuer plusieurs cours de physiothérapie tout au long de l'année.

Si les maux de tête sont longs et inquiètent le patient pendant longtemps, le risque de dépression augmente. Pour sa correction, les antidépresseurs et la psychothérapie sont utilisés. Récemment, on a signalé le traitement d'une forme chronique de céphalée cervicogène avec des préparations de toxine botulique. Ils sont efficaces contre la douleur associée aux spasmes musculaires.

Pour prévenir les crises douloureuses répétées, il convient de procéder à un traitement pathogénique de l'ostéochondrose. Il vise à éliminer le processus pathologique causal - la destruction des disques intervertébraux. Les formes sous forme de comprimés de chondroprotecteurs (glucosamine et sulfate de chondroïtine) font efficacement face à cette tâche.

Avec une longue réception, arrête le processus destructeur dans la partie cartilagineuse du disque et stimule le développement de nouvelles fibres structurelles qui aident à réparer les disques endommagés.

Simultanément à la pharmacothérapie, tous les patients devraient augmenter l'activité physique, suivre un entraînement physique régulier, normaliser le contexte psycho-émotionnel, réduire la quantité de stress et prévenir les traumatismes de la colonne vertébrale.

Intéressant

L'information est fournie à titre d'information et de référence, un médecin professionnel devrait prescrire un diagnostic et prescrire un traitement. Ne pas se soigner. | | Contactez-nous | Publicité | © 2018 Medic-Attention.com - Santé en ligne
La copie de matériel est interdite. Site éditorial - info @ medic-attention.com