• Décodage de tests en ligne - urine, sang, général et biochimique.
  • Que signifient les bactéries et les inclusions dans l'analyse des urines?
  • Comment comprendre l'analyse de l'enfant?
  • Caractéristiques de l'analyse IRM
  • Tests spéciaux, ECG et échographie
  • Taux de grossesse et valeurs de variance ..
Explication des analyses

Fibromyome de l'utérus: symptômes et signes, traitement, grossesse

Fibromyome de l'utérus, qu'est-ce que c'est et est-ce dangereux? Tôt ou tard, cette question commence à intéresser presque toutes les femmes, étant donné la forte prévalence de la pathologie. Le fibromyome de l'utérus est une tumeur bénigne provenant de la couche musculaire de l'utérus et non sujette à la malignité. Le danger de la pathologie peut être décrit en termes simples de chiffres secs.

Les statistiques mondiales sont inexorables - selon ses données, l'ablation de l'utérus survient le plus souvent en relation avec les fibromes. Tout ne serait rien, mais jusqu'à 10% des cas sont des femmes de moins de 30 ans qui veulent encore avoir des enfants.

De plus, un enfant sur trois en Russie est né par une femme âgée de 35 ans. . Par conséquent, les jeunes patients (moins de 35 ans) ont besoin d'un traitement de préservation des organes que la médecine moderne peut offrir .

Fibromyome de l'utérus

Cela peut être non seulement des interventions mini-invasives opérationnelles, mais aussi l'utilisation de médicaments pharmacologiques appartenant à la nouvelle classe. À chaque année qui passe, la sélectivité de leurs actions et, par conséquent, leur efficacité et leur sécurité, Les développements scientifiques dans ce sens ne s'arrêtent pas, mais deviennent de plus en plus répandus.

Contenu

Causes des fibromes utérins, développement

Les causes des fibromes utérins pendant toute la durée de l'étude de cette tumeur ont été radicalement modifiées et complétées. Auparavant, il était considéré comme un dogme que le fibromiome résulte de mutations héréditaires (ce qui signifie qu'il devrait toujours apparaître chez les descendants le long de la ligne femelle) dans les cellules qui forment la couche musculaire de l'utérus (myomètre).

Ces mutations ne sont pas congénitales, elles sont acquises au cours de la vie en raison de l'extinction de certains gènes, de sorte qu'elles peuvent être contrôlées. Cependant, on ne peut pas complètement nier que le fibrome:

  1. A une prédisposition familiale.
  2. Il est plus fréquent chez les femmes négroïdes.
  3. Les deux jumeaux monozygotes deviennent plus communs, à savoir absolument identique.

Les scientifiques ont identifié certains facteurs qui provoquent le développement de mutations cellulaires dans les fibromes. Et cela signifie que la probabilité de développement d'une tumeur peut être influencée. Auparavant, on pensait que cela ne pouvait pas être fait, car Les "gènes malades" ne sont pas modifiables (modifiables).

Causes des fibromes utérins

Ainsi, la prédisposition au développement des fibromes sont des facteurs tels que:

  • Traumatisme de l'utérus lors de l'accouchement (cependant, toutes les naissances ne sont pas des traumatismes, mais seulement des complications);
  • Traumatisme dans l'avortement;
  • Maladies inflammatoires de l'utérus ou des appendices;
  • Un grand nombre de cycles menstruels tout au long de la vie d'une femme (de ce fait, l'utérus ne peut pas se rétablir correctement et le processus de récupération se produit avec des déficiences non physiologiques);
  • Douleur des menstruations (algodismenorea), t. il s'accompagne de modifications ischémiques sévères (déficientes en oxygène) du myomètre.

Avec les fibromes utérins, la reproduction active non seulement des cellules musculaires lisses, mais aussi la formation de fibres de collagène situées entre elles. La taille de la tumeur dépend de ces deux composants.

Au cours des récentes recherches scientifiques, il a été établi que pour tout myome, un certain cycle de vie est caractéristique:

  • Au départ, sa croissance est initiée;
  • Plus tard, progression et stabilisation (une condition préalable est une augmentation du nombre de navires);
  • Et à la fin - la mort des cellules et l'involution de la tumeur, qui sont la conséquence d'une diminution du nombre de capillaires sanguins (c'est la récupération).

Par conséquent, s'il n'y a pas de facteurs stimulants supplémentaires, l'involution (disparition) de la tumeur est un processus naturel. C'est le cas dans la plupart des cas, lorsque la maladie est asymptomatique ou présente peu de symptômes cliniques.

Sur cet effet de l'ischémie et de la fin du cycle de vie, les méthodes de traitement minimalement invasives (embolisation et ablation FUS) sont basées.

Il convient de mentionner la théorie hormonale qui prévaut depuis longtemps. On croyait que le développement des tumeurs était associé exclusivement à l'état d'hyperestrogénémie (teneur élevée en œstrogènes).

Cependant, il a maintenant été prouvé que l'initiation de la croissance du ganglion myomateux et sa progression se produisent simultanément avec une augmentation des œstrogènes et des progestérones. Ainsi, dans les nœuds tumoraux, la concentration des récepteurs aux deux hormones est augmentée. Récemment, il est devenu possible d'expliquer ce phénomène.

Le fait est que ces hormones sexuelles conduisent à la synthèse de substances spéciales qui sont des facteurs de croissance vasculaire. C'est ce processus qui conduit à une multiplication incontrôlée des cellules et à la formation de fibres de collagène. En revanche, dans les conditions d'ischémie, le processus inverse est observé-involution.

Par conséquent, l'effet pharmacologique sur les récepteurs de la progestérone sous la forme de leur blocage sélectif crée des conditions (réduit le nombre de vaisseaux nouvellement formés) pour la disparition naturelle des fibromes.

C'était la condition préalable à la création d'une nouvelle classe de médicaments pour le traitement des fibromes. Ils se sont avérés très efficaces et ne conduisent pas à la croissance des nœuds après leur annulation. Cela évite souvent l'opération.

Signes et symptômes des fibromes utérins

Signes et symptômes des fibromes utérins

Les signes et symptômes cliniques des fibromes utérins peuvent être minimes ou absents. La présence de symptômes prononcés, observés dans 30% des cas, peut réduire significativement la qualité de vie d'une femme.

Les principaux symptômes des fibromes utérins apparaissant chez ces patients sont:

  1. Douleur dans le bas ventre.
  2. Saignements et taches dans les jours "non menstruels".
  3. Augmentation de la miction.
  4. Propension à la constipation.
  5. Légère augmentation de la température corporelle.
  6. Douleur et faiblesse dans les jambes (ce sont des manifestations du syndrome de compression des racines nerveuses avec une taille de tumeur supérieure à 14 semaines).

Le fibromiome du col utérin est un type spécifique de myome, ce qui est très rare. Il se manifeste quelque peu différemment:

  1. Décharge sanglante pendant les rapports sexuels (en raison d'un traumatisme au nœud).
  2. Crampes douloureuses, associées à la "naissance" du nœud myomateux.
  3. L'infertilité

Diagnostic

Le diagnostic des fibromes repose sur les résultats d'un examen complet:

  • Examen vaginal (la taille de la tumeur est comparée aux semaines de grossesse)
  • Échographie de l'utérus et de la thyroïde (dans 70 à 80% des cas, sa pathologie est observée, un examen combiné est donc recommandé)
  • Doppler - évaluation du débit sanguin utérin
  • Analyse clinique générale du sang (la réduction de l'hémoglobine est déterminée par des saignements fréquents et prolongés)
  • IRM et hystéroscopie - examen de l'utérus de l'intérieur par un appareil grossissant spécial.

Traitement des fibromes utérins

Traitement des fibromes utérins

Le traitement des fibromes utérins sans chirurgie est l'objectif de la gynécologie moderne. Il peut être réalisé de plusieurs manières:

  1. Embolisation de l'artère alimentant le nœud myomateux.
  2. Ablation par FUS (moxibustion focale par ultrasons).
  3. L'utilisation de médicaments pharmacologiques (particulièrement prometteurs sont des modulateurs sélectifs des récepteurs à la progestérone, créés en 2012).

L'utilisation de procédures peu invasives pour le traitement des fibromes (embolisation et ablation par FUS) est associée à un risque de récidive. Il varie de 15 à 45%.

Cependant, un avantage important d'un tel traitement est la préservation d'un organe qui remplit à la fois la fonction menstruelle et la fonction de reproduction. Et c'est l'occasion d'avoir un bébé et de se sentir comme une femme à part entière.

Le traitement conservateur des fibromes utérins devrait être une priorité si:

  • La femme planifie toujours une grossesse.
  • L'âge de la femme approche de la ménopause (arrêt des effets hormonaux).
  • Il y a des contre-indications à l'opération.

Le traitement médicamenteux est l'une des méthodes prometteuses du traitement conservateur des myomes. Ce n'est pas seulement une étape de préparation préopératoire, mais aussi une opportunité de refuser un traitement chirurgical.

Les objectifs de cette thérapie sont:

  1. Ralentir le taux de croissance du nœud.
  2. Stimulation des processus involutifs du myome.
  3. Élimination des symptômes cliniques (le plus souvent saignement et douleur).

Les groupes de médicaments utilisés dans le cadre de la pharmacothérapie sont actuellement diversifiés. Mais ils ne sont pas des profils prenant en compte les réalisations modernes en gynécologie, ils doivent donc être révisés.

Des informations plus détaillées à leur sujet aideront une femme à ne pas être l'otage de l'ignorance du médecin . Cette information aidera à trouver un véritable expert qui possède les réalisations modernes de la science, conçu pour préserver le corps autant que possible et le traiter.

1. Les hormones combinées pour la contraception ne sont pas profilées, mais jusqu'ici largement désignées par les médecins russes. Leur effet thérapeutique sur les fibromes est minime. Ils ne peuvent que ralentir la croissance du nœud et seulement si son diamètre ne dépasse pas 2 cm.

La taille des nœuds existants ne les réduit pas. De plus, il existe des situations où les récepteurs du myome peuvent présenter une sensibilité accrue aux composants du médicament, ce qui entraîne une croissance rapide de la tumeur.

2. Les agonistes rilizingovogo gonadoliberin (Buserelin) provoquent le développement de la ménopause pendant la période de leur admission. Leur inconvénient majeur est la courte durée de l'effet thérapeutique.

Déjà dans six mois - un an, les tailles des noeuds reviennent à la valeur initiale, et même plus. Et l'utilisation à long terme de ces médicaments est impossible en raison des effets secondaires graves associés à l'état de ménopause.

3. Progestatifs (la forme locale est le DIU annoncé), il n'y a pas de preuve de l'efficacité. Néanmoins, on sait qu'ils ne réduisent pas la taille des fibromes.

4. Antigestagens - traitement moderne et efficace des fibromes, ouvrant de nouveaux horizons.

Le médicament de première génération est la mifépristone. Mais en plus de bloquer les récepteurs de la progestérone, il peut interagir avec d'autres systèmes de récepteurs, par exemple les glucocorticostéroïdes.

Esmia est un médicament de deuxième génération dépourvu de cette carence qui affecte sélectivement les récepteurs de la progestérone. Il a été enregistré en Russie en 2013.

L'avantage du médicament est l'absence d'effet ménopausique. "Esmia" provoque la mort des cellules dans le nœud myomateux, donc après la levée, elles ne se développent pas. Réduit la gravité des saignements et des douleurs au 10ème jour.

La durée du traitement est de 3 mois, puis, en fonction du degré de réduction des nœuds, un second cours peut être requis.

Le traitement traditionnel des fibromes de l'utérus (herbes, iode, etc.) ne peut pas être recommandé, tk. cela ne mène qu'à une perte de temps.

Et dans ce contexte, les nœuds se développent, ce qui peut conduire à la nécessité de répéter des cours de thérapie conservatrice (ils sont assez coûteux, mais efficaces - le conditionnement de "Esmia" coûte environ 10 000 roubles russes).

Dans les cas négligés, la perte de temps peut entraîner la formation de gros myomes et d'autres complications, nécessitant seulement un retrait complet de l'utérus.

Une autre méthode de traitement consiste à enlever les fibromes utérins dans le cadre d'une myomectomie conservatrice (le nœud est enlevé et l'utérus reste). Il est conduit selon des indications strictes:

  • Le désir de devenir mère.
  • Les signes cliniques des fibromes utérins ne sont pas très prononcés.
  • La taille de la tumeur ne dépasse pas 12 semaines.
  • Disposition des nœuds sous la membrane séreuse (la partie externe de l'utérus) ou dans la couche intermusculaire.
  • Risque élevé d'anesthésie et de chirurgie cavitaire avec des maladies concomitantes.

Le type d'intervention chirurgicale le plus courant à l'heure actuelle est l'ablation complète de l'utérus (hystérectomie).

Cette fréquence élevée de cette opération est le résultat de soins médicaux inadéquats. Tout d’abord, c’est la réticence d’un patient à le recevoir et, deuxièmement, l’irrationalité des protocoles modernes pour le traitement des fibromes.

L'hystérectomie est réalisée par:

  • La tumeur a plus de 14 semaines.
  • La croissance tumorale est supérieure à 4 semaines par an.
  • La présence d'une pathologie concomitante de l'endomètre, associée à un risque élevé d'oncologie.
  • Gravité significative des symptômes cliniques, ne se prêtant pas à d'autres types de traitement.

Grossesse et fibromes utérins

Le déroulement de la grossesse après une élimination conservatrice des fibromes utérins dépend beaucoup de la technique chirurgicale pratiquée.

Si l'opération des fibromes de l'utérus était accompagnée d'une coagulation (cautérisation) du lobe du nœud myomateux sans sa suture, alors le risque de rupture de l'utérus au moment de la grossesse est très élevé. Et cela s'accompagne de saignements massifs, qui peuvent être fatals pour une femme et entraîner la mort du fœtus.

Cependant, même si une suture appropriée a été faite, le risque de rupture en fin de grossesse et pendant le travail existe également, mais il est beaucoup plus faible. Par conséquent, ces femmes nécessitent une attention constante de la part des obstétriciens.

Si la grossesse s'est produite dans le contexte du fibromiome existant, le risque de complications de la grossesse non lié à la présence d'une cicatrice sur l'utérus augmente:

  • Insuffisance du placenta, qui viole le développement normal du bébé.
  • La menace d'interruption.
  • Emplacement incorrect du placenta et de son détachement.

En cas d’accouchement, le risque de faiblesse des forces ancestrales, de saignement et d’hypoxie aiguë du fœtus augmente. Par conséquent, lorsqu'il est diagnostiqué avec le myome, il est recommandé de le traiter en premier (l'option la plus optimale pour le moment est un médicament, à savoir la réception "Esmia"), puis de planifier la grossesse.

Prévention de la maladie

Actuellement, il existe effectivement des mesures pour prévenir cette maladie, compte tenu des caractéristiques pathogéniques récemment découvertes du fibromyome (en 2013).

Par conséquent, afin de réduire la probabilité de cette tumeur, en particulier chez les femmes à risque (prédisposition familiale, négresse, etc.), il est recommandé:

  • Minimiser le nombre d'avortements, surtout à l'adolescence.
  • Prévenir l'inflammation dans le système reproducteur.
  • Prenez la contraception hormonale, si ce n'est pas prévu d'accoucher dans les prochaines années. Cela évitera une charge inutile sur le corps associée à l'ovulation et à la menstruation.
  • Traitement des règles douloureuses (à cette fin, des contraceptifs hormonaux et des anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que l’ibuprofène sont prescrits).
Intéressant

L'information est fournie à titre d'information et de référence, un médecin professionnel devrait prescrire un diagnostic et prescrire un traitement. Ne pas se soigner. | | Contactez-nous | Publicité | © 2018 Medic-Attention.com - Santé en ligne
La copie de matériel est interdite. Site éditorial - info @ medic-attention.com