• Décryptage des tests en ligne - urine, sang, général et biochimique.
  • Que signifient les bactéries et l'urine dans l'analyse d'urine?
  • Comment comprendre l'analyse de l'enfant?
  • Caractéristiques de l'analyse IRM
  • Tests spéciaux, ECG et échographie
  • Normes pendant la grossesse et valeurs des écarts.
Décryptage des analyses

Asthme bronchique: causes, symptômes, traitement et prévention

La prévalence actuelle de l'asthme dans le monde est assez élevée - plus de 5%. Des études menées dans les grandes villes de Russie révèlent la présence de symptômes de cette maladie chez 5 à 7% de la population.

La détection tardive et le traitement ultérieur de l'asthme bronchique entraînent une augmentation de l'incidence de la bronchoconstriction, une qualité de vie réduite, une probabilité d'invalidité supérieure et une espérance de vie plus courte.

Il est important de consulter un médecin en temps opportun. L'allergologie moderne dispose d'un vaste arsenal d'outils et de méthodes pour traiter cette pathologie.

Le contenu

L'asthme bronchique - Qu'est-ce que c'est?

Qu'est-ce que l'asthme bronchique?

Du grec, le mot "asthme" est traduit par "respiration lourde, essoufflement". Dans les cas d’asthme bronchique des voies respiratoires, l’inflammation se développe sous l’influence d’un grand nombre de facteurs.

Il devient chronique et n'est pas associé à la flore microbienne (inflammation aseptique résultant d'un dysfonctionnement du système immunitaire). Cliniquement, cela entraîne l’apparition d’épisodes d’obstruction bronchique - un rétrécissement temporaire de la lumière bronchique de gravité variable.

L'obstruction bronchique provoque une violation de la fonction respiratoire sous forme de difficulté à l'exhalation, accompagnée de toux, d'essoufflement, de respiration sifflante.

Aspect nocturne typique (signe diagnostique important).

Au début de la maladie, une insuffisance respiratoire peut être résolue spontanément, mais un traitement médicamenteux est plus souvent nécessaire. Les patients souffrant d'asthme bronchique doivent toujours être sur place (dans la trousse de premiers soins).

Causes de l'asthme bronchique

Les facteurs qui forment l'inflammation chronique dans les voies respiratoires sont appelés inducteurs et sont divisés en internes et externes. Cette classification est nécessaire pour leur élimination efficace au cours du traitement.

1. interne:

  • Prédisposition génétique - probabilité de tomber malade, d'avoir un parent asthmatique de 35 à 70%;
  • Réaction allergique - réactivité excessive du corps, qui se développe lorsque diverses substances, appelées allergènes, pénètrent dans le sang. Les patients asthmatiques ont des antécédents génétiques défavorables du système immunitaire. Cliniquement, il en résulte un rétrécissement important des voies respiratoires par inhalation d’agents allergiques.
  • Hyperréactivité - augmentation de la réponse bronchique à l’irritation et à l’inflammation, ce qui entraîne un fort rétrécissement de la lumière;
  • Caractéristiques du sexe et de l'âge. Ainsi, jusqu’à 10 ans chez les enfants, les garçons sont plus souvent malades; lors de la transition et à l’âge adulte, la maladie est plus souvent détectée chez les femmes;
  • L'obésité. Actuellement, ce trouble métabolique est considéré comme une maladie endocrinienne, car il s'accompagne toujours de troubles hormonaux. Et, à leur tour, ils créent le fond d’une réponse inadéquate du système immunitaire.

2. Externe (facteurs environnementaux):

  • Substances qui provoquent une réaction dans les bronches. Il s’agit le plus souvent d’allergènes respiratoires: acariens de la poussière de maison, squames animales, champignons de la moisissure et des levures, allergènes de la blatte, etc .;
  • Fumée de tabac, incl. et inhalation passive, gaz d'échappement des véhicules (la prévalence de l'asthme est donc plus élevée dans les villes que dans les zones rurales);
  • Risques professionnels tels que l'inhalation de poussières, de vapeurs acides, d'air froid ou chaud;
  • Virus. Chez les enfants, une cause fréquente d'asthme est une infection virale respiratoire syncytiale. Ces agents microbiens modifient l'immunité locale dans les bronches, provoquant une augmentation de l'humeur allergique;
  • Sensibilité accrue à l'ozone, au dioxyde d'azote et au soufre;
  • L'utilisation prédominante de produits de degré de transformation élevé en combinaison avec une faible quantité dans le régime alimentaire de légumes et de fruits. Ainsi, dans la majorité de ces produits "nocifs", contiennent des conservateurs, des stabilisants, des graisses animales de mauvaise qualité, affectant négativement le système immunitaire.

Symptômes de l'asthme par stades de développement

Symptômes d'asthme bronchique

1. Stade de prédisposition ou de défauts biologiques

Il ne présente aucune manifestation particulière et constitue cliniquement un stade interne caché, caractérisé par la présence ou l’effet sur l’être humain d’inducteurs d’asthme bronchique, décrits ci-dessus.

À ce stade, le développement de la maladie peut être empêché si les diagnostics de laboratoire sont effectués à temps et si des défauts biologiques internes indiquant la possibilité de développer un asthme sont détectés.

Par exemple, chez les personnes présentant une hypersensibilité bronchique à ce stade, un grand nombre d’éosinophiles (leucocytes) sont détectés lors de lavages de la membrane muqueuse des bronches et des expectorations.

De plus, l'identification des allergènes les plus probables et leur élimination par des méthodes antiallergiques spécifiques et des changements de mode de vie sont nécessaires.

2. Le stade de predastmy

Il n'y a toujours pas de manifestations cliniques typiques, mais les facteurs de risque qui affectent une personne déclenchent déjà un mécanisme qui altère le fonctionnement normal des voies respiratoires.

Chez l'homme, les maladies respiratoires peuvent devenir plus fréquentes, une bronchite obstructive apparaît (perturbation de la perméabilité bronchique), il existe des cas de difficulté à respirer, une réaction allergique se produit sous la forme d'un écoulement nasal, d'oedème, d'urticaire.

Dans le test sanguin, une augmentation des éosinophiles peut déjà être détectée à ce stade.

Les mesures prises pour identifier les causes du désordre du système respiratoire et pour éliminer (si possible) les facteurs de risque d'asthme réduisent le risque de progression supplémentaire des modifications à l'origine de la maladie.

3. Le stade de l'asthme cliniquement sévère

crise d'asthme Les symptômes typiques de l'asthme apparaissent et le traitement doit être complet. Il est également nécessaire de minimiser l’influence des facteurs inductifs.

La gravité des symptômes dépend de la gravité de la maladie, de l’ampleur de l’influence des facteurs de risque et des facteurs déclencheurs d’exacerbation (déclencheurs). Les déclencheurs sont tous les allergènes respiratoires, les peintures, les aérosols, le stress émotionnel, les efforts physiques, les infections virales respiratoires aiguës, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les bêta-bloquants.

La gravité de l'asthme bronchique dépend de la fréquence des toux et des difficultés respiratoires, ainsi que de la nécessité de l'utiliser et du débit de dose des médicaments utilisés, après quoi l'état s'améliore (si des hormones sont nécessaires, combien de bronchodilatateurs à action brève sont utilisés).

L'asthme léger se manifeste par des épisodes de toux, qui se produisent de façon sporadique (exposés à des inducteurs et aggravés par le déclencheur).

Les patients ont de la fatigue, une activité réduite, une détérioration de la tolérance à l'effort. Les symptômes d’une affection allergique comme la congestion nasale ou l’écoulement nasal, le larmoiement, les éternuements accompagnent la toux.

Les caractéristiques distinctives de ces conditions sont la nature gluante des secrets pathologiques. Si la cause est des agents bactériens, alors le secret devient purulent.

L'asthme moyen et grave présente des symptômes persistants.

La toux va de pair avec des difficultés respiratoires, ce qui peut augmenter le développement d'une crise d'asphyxie. L'asthme est caractérisé par une difficulté à respirer, pas à respirer! C'est le principal symptôme de l'obstruction bronchique.

Il y a une respiration sifflante, un essoufflement. Dans les cas graves, une insuffisance respiratoire survient. Elle se manifeste par une augmentation de la taille de la poitrine sous forme de distension, une cyanose de la peau, des palpitations, une difficulté à parler.

Critères de diagnostic de référence pour la détection de l'asthme bronchique:

  1. La répétition des épisodes de respiration sifflante que l'on peut entendre de loin;
  2. Toux nocturne tourmentante;
  3. La respiration sifflante et la toux apparaissent toujours sous l'influence des mêmes facteurs: poussière, odeurs, laine, aérosols, médicaments, etc. (à la suite de l'allergène responsable);
  4. Rhume et SRAS de nature prolongée (plus de 10 jours). Ces conditions conduisent toujours à une bronchite;
  5. Le soulagement n'apporte que des médicaments anti-asthmatiques (hormonaux ou non hormonaux, selon la gravité de la maladie).

Traitement de l'asthme bronchique

Thérapie d'asthme Le traitement de cette maladie est toujours long et complexe, avec une guérison complète mono réalisée seulement dans l'enfance, si les mesures nécessaires sont prises à temps. À l’état adulte, le traitement vise uniquement à prévenir les attaques et à empêcher la progression de la maladie.

Le traitement de l'asthme chez l'adulte doit être associé à un sevrage tabagique à 100%. Tous les patients doivent veiller à éviter le contact avec des allergènes et des facteurs provoquants.

Il est nécessaire d'établir la soi-disant "vie hypoallergénique" - éliminer toutes les sources de poussière et autres allergènes. Ce sont des tapis, des rideaux drapés, des peluches, des oreillers avec duvet, des étagères ouvertes, des fleurs pour la maison, etc.

Il est recommandé d’enlever les vieux objets, les meubles, qui sont l’habitat de prédilection des acariens. Il est souhaitable que le matériau du mur leur permette de procéder à leur nettoyage humide.

Il est important de suivre un régime hypoallergénique excluant à la fois les produits allergiques et les produits raffinés, gras, en conserve et tout ce qui est sucré. La préférence devrait être donnée aux aliments naturels.

Dans l'asthme bronchique, le traitement avec des médicaments pharmacologiques comprend les domaines suivants:

1. Élimination de la saisie

Traitement de l'asthme bronchique

On utilise les bronchodilatateurs salbutamol, terbutaline, fénotérol (B2 - agonistes à courte durée d'action). Leur action consiste à dilater rapidement les bronches et à éliminer les difficultés respiratoires et les suffocations.

Ils sont généralement utilisés indépendamment sous forme d'aérosols et en cas de traitement hospitalier par nébuliseur. Ce sont des médicaments d'urgence.

2. Traitement de l'exacerbation

En période d'exacerbation, utilisez des médicaments qui éliminent l'inflammation. Les plus efficaces sont les hormones - les glucocorticoïdes inhalés.

Ceux-ci incluent la béclométhasone, la fluticasone, le budésonide, rarement le flunisolide et la triamcinolone. Dans les cas graves, des glucocorticoïdes systémiques, tels que la prednisone, sont utilisés.

La stratégie de traitement de l'asthme bronchique en cas d'exacerbation consiste à utiliser deux approches: «intensifier» ou «réduire», les deux étant par nature progressives.

Avec l'approche « ascendante » ou « ascendante », une petite dose du médicament est d'abord prescrite et elle monte aux premiers signes d'amélioration clinique. En l'absence d'effet, le médicament est remplacé par un médicament plus puissant.

Avec l’approche « descendante » ou « descendante », la dose initiale du médicament anti-inflammatoire utilisé est maximale. Une fois que l'effet positif est atteint, la dose est réduite au minimum, ce qui permet une amélioration constante.

Cette approche élimine plus rapidement les manifestations d'exacerbation de l'asthme bronchique, réduit le temps et le coût du traitement. Par conséquent, il est préférable.

3. Thérapie de base, avertissement d'exacerbation

Consiste en l'utilisation constante d'anti-inflammatoires dans une petite dose d'entretien. La gamme de médicaments suivante est utilisée:

  1. Hormones - glucocorticoïdes à action systémique ou par inhalation;
  2. Bronchodilatateurs à action prolongée (2 - agonistes à action prolongée (salmétérol, formotérol), théophyllines à action prolongée;
  3. Stabilisateurs de la membrane cellulaire (cromoglycate, nédocromil);
  4. Modulateurs de leucotriènes (zafirlukast, montelukast, zileuton).

La combinaison la plus efficace pour le contrôle de l'asthme est l'association d'un corticostéroïde par voie d'administration par inhalation et de B2 - agonistes à action prolongée, par exemple, fluconazole + salmétérol.

Cette combinaison est possible lorsque deux inhalateurs sont associés à des médicaments appropriés, mais en pratique, des médicaments combinés, tels que Seretid Multidisk, ont un effet et une commodité supérieurs.

4. Traitement de l'état asthmatique - attaque grave, qui n'est pas éliminée par les médicaments habituels du patient.

Un tel traitement d'urgence implique un ensemble de mesures thérapeutiques à l'hôpital. Appliquer des hormones par voie intraveineuse, bronchodilatateurs par nébuliseur, oxygène masqué, ventilation mécanique, antibiotiques.

Des traitements supplémentaires visent le renforcement général du corps. Par conséquent, il est recommandé d'utiliser les méthodes suivantes: thérapie physique complexe, exercices de respiration, su-jok, traitement climatique de montagne, sanatorium-resort, halo-chambre, thérapie par irradiation ultraviolette du sang, phytothérapie

Enseigner aux patients le bon mode de vie est un rôle important. Pour cela, des «écoles d’asthme bronchique» spéciales ont été créées. Ils disent également comment fournir une assistance d'urgence par leurs propres moyens.

Prévention de l'asthme

La prévention primaire est la prévention de la formation d'une prédisposition allergique chez un enfant pendant les périodes prénatale et postnatale.

Il comprend les activités suivantes:

  • exclusion de l'exposition aux allergènes et tabagisme chez les femmes enceintes (y compris - passives);
  • allaiter pendant au moins 6 mois (contribue à la bonne formation du système immunitaire de l'enfant);
  • limiter les effets des allergènes sur les enfants à haut risque de développer des allergies dans les premières années de la vie.

Prévention secondaire - consiste à éliminer le contact avec l'allergène. Sa mise en œuvre n’est possible que lors de l’établissement de son type et de la survenue d’une réaction allergique pour la première fois (phase de sensibilisation).

Prévention tertiaire - implique la prévention des complications de l'asthme bronchique. Les activités de cette étape sont mises en œuvre grâce à la détection rapide et au traitement approprié de la maladie.

Asthme bronchique, code 10 de la CIM

Dans la Classification internationale des maladies de la 10e révision de la CIM 10, l'asthme est (chemin complet du code):

Classe X. Maladies respiratoires (J00 - J99)

J40-J47 - Maladies chroniques des voies respiratoires inférieures

Code J45 - Asthme

  • J45.0 Asthme avec une prédominance de la composante allergique
  • J45.1 Asthme non allergique
  • J45.8 Asthme mixte
  • J45.9 Asthme, sans précision
Intéressant

Les informations sont fournies à des fins d'information et de référence Un médecin professionnel doit diagnostiquer et prescrire un traitement Ne pas se soigner soi-même. | Contact | Annoncez | © 2018 Medic-Attention.com - Santé en ligne
La copie de matériel est interdite. Site éditorial - info @ medic-attention.com